POSTUROLOGIE

Quelle est la relation entre occlusion et Posture ?

La posture comprend  l’équilibre du corps dans les trois directions de l’espace. Elle travaille à harmoniser les chaînes musculaires. Posturologie et dentisterie sont liées. L’occlusion* conditionne la position mandibulaire qui influe elle-même sur toute la posture du corps.

*L’occlusion qualifie la manière dont les dents du haut et les dents du bas s’emboîtent lorsque l’on serre les dents. Le traitement de l’occlusion, pour être stable dans le temps, doit être associé à un traitement postural.

Le système occlusal et plus généralement le système manducateur, en cas de déséquilibre, peuvent entraîner  des lésions à distance tels que maux de tête, douleurs cervicales, acouphènes, douleurs au niveau des articulations temporo-mandibulaires, voir des douleurs musculaires et des tendinites à répétition.

La posturologie prend en charge ce type de patient. Tout à la fois préventive et curative, cette prise en charge a pour objectif après élimination de toute étiologie organique, la correction d’une ou plusieurs afférences proprioceptives suspectées responsables de la mauvaise adaptation de l’axe crâniosacré. Après concertation avec le posturologue ou le médecin généraliste, les implications du système manducateur sur la posture du patient pourront être recherchées. Cette étude débutera par un examen endobuccal précis, des examens radiologiques permettant d’écarter la présence de caries ou de foyers infectieux, et un examen de la fonction occlusale par étude sur articulateur (simulateur). La mise en place de gouttières sectorielles ou de gouttières de décompression nous permettront d’évaluer sur une période d’environ huit semaines les résultats sur laposture du patient et l’amélioration de ses symptômes. Les gouttières ne sont pas une fin en soi, elles nous permettent de tester sur un temps suffisant les implications du système dentaire sur la posture, et simuler une relation intermaxillaire différente. Cette dernière nous servira de guide pour transformer l’occlusion et ainsi pérenniser les résultats obtenus sur les syndromes posturaux.  

Article rédigé par le praticien le 18/05/2018